nov 122012
 

Je n’ai jamais été un grand fan de Kamelot, ce groupe américain fondé en 1991 et qui a sorti à ce jour 10 albums. Je trouvais leur musique pas désagréable mais manquant de personnalité, un mélange entre le progressif et le symphonique, avec des albums composés de chansons simples et non d’oeuvres épiques comme je les savoure.

Et puis j’ai acheté ma place pour leur concert du 4 novembre au Bataclan, évènement marquant la sortie de leur nouvel album Silverthorn. Bien évidemment il fallait réviser avant le concert, ainsi le jour de la mise en vente de cet opus, je me suis aventuré dans les bacs pour m’offrir mon exemplaire. Mais sans trop de conviction.

Première écoute … mmm pas mal ! Seconde écoute … un vrai potentiel ! Les écoutes suivantes (qui furent très nombreuses), je suis complètement tombé sous le charme ! Beaucoup d’imagination, de créativité, un savant mixe entre les balades à vous faire fondre, et les morceaux plus dynamiques qui vous entraînent. La patte de Kamelot est très présente, mais la maturité apporte la qualité, et l’expérience le renouvellement. Le changement de chanteur cette année apporte peut-être même un vent de fraîcheur (même si la voix reste de façon très bluffante la même), et le groupe démontre qu’il a su progresser et évoluer, pour nous livrer des compositions mitonnées aux petits oignons.

Avec une intro tout en coeurs, Silverthorn vous prend sous son emprise, et va vous emporter de balades en titres rocks, de breaks en solos, de pianos en chants féminins, le tout bercé par des sonorités que nous retrouverons de part et d’autre de l’album, donnant parfois l’impression de n’avoir qu’une longue et belle piste d’un opéra rock !

Bref (car il faut toujours finir par un bref), Silverthorn m’a fait aimer Kamelot ! Et pour nous en avoir joué plusieurs pistes pendant le concert, je peux vous dire que la scène ne démentira pas mon impression général : que du bonheur !

J’ajoute enfin que le CD est fourni dans un très beau coffret collector, avec un livret racontant l’histoire de Silverthorn (un peu dramatique), et un  second CD pour une version intégralement instrumentale, qui démontre plus encore la qualité des compositions.

Allez pour le plaisir : Song for Jolee directement issue du concert parisien :

12 pistes pour 56mn

01. Manus Dei
02. Sacrimony (Angel of Afterlife)
03. Ashes To Ashes
04. Torn
05. Song For Jolee
06. Veritas
07. My Confession
08. Silverthorn
09. Falling Like The Fahrenheit
10. Solitaire
11. Prodigal Son
12. Continuum

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>