Le Royaume de Tobin – Lynn Flewelling

 

Le royaume de Tobin - Le royaume de Tobin, T1Le royaume de Tobin - Le royaume de Tobin, T2Le royaume de Tobin - Le royaume de Tobin, T3Le royaume de Tobin - Le royaume de Tobin, T4Le royaume de Tobin - Le royaume de Tobin, T5Le royaume de Tobin - Le royaume de Tobin, T6

J’ai profité de la convalescence forcée suite à mon opération des yeux pour dévorer cet excellent cycle de fantasy. J’avais vu la pub dans un encart dans un volume des Aventuriers de la mer.

L’idée principale est intéressante, des magiciens obligés de transformer une petite fille en garçon à sa naissance pour la protéger du roi qui massacre la gente féminine de sa famille car une prophétie a prédit que seule une reine pourrait sauver le royaume.

Le style de Flewelling est très simple, c’est rapide et agréable à lire, le vocabulaire est courant, y’a pas 50000 personnages à retenir, les descriptions sont courtes, et elle ne perd pas de temps en tournant autour du pôt. Quand sur une page elle dit qu’ils se préparent au combat, la page suivante, ils y sont ! Elle raconte son histoire et le fait bien, sans fioritures.

Grâce à ce style épuré, on entre rapidement dans l’histoire, découvrant les héros et ennemis, s’attachant immédiatement à ce pauvre Tobin qui est le seul à ne pas connaître la vérité sur sa naissance, s’attachant à sa famille et ses trop rares amis, et les regardant évoluer, apprenant à connaître le riche royaume de Skala et les peuples qui le compose.

Au travers des 6 volumes, Flewelling va nous mener là où on l’espère depuis le début, mais par de nombreux chemins pleins de rebondissements et d’intrigues, avec une imagination qui sans être débordante etaye suffisamment ses dires, et permettant à l’histoire de rester passionnante du début à la fin. Sans trop en dévoiler, il est clair qu’on attend avec impatience la Révélation (le nom du volume 4), et que pour certains en arriver jusque là pourra se révéler un peu longuet. Je n’ai pas ressenti ces longueurs (il faut dire que j’ai mangé un livre tous les deux jours donc pas le temps de trainer), et j’ai apprécié son art de se renouveler en intégrant de nouveaux personnages clés, ou des batailles majeures.

C’est de la light fantasy, pas de dragons (enfin presque, non je ne dévoile rien c’est un clin d’oeil), pas de créatures fantasmagoriques, pas de déchainements magiques (tout se fait en douceur), pas de quête épique sinon la survivance de notre héros. Par contre il y a du combat, du sang, un langage souvent très cru, des morts, des épidémies, et quelques fantômes lugubres. C’est un cycle qui nous conte la vie d’un royaume, avec son quotidien, ses manigances pour le pouvoir et ses perverses manipulations, les influences des uns sur les autres, la survivance face aux ennemis extérieurs comme intérieurs.

On restera touché par Tobin, ses doutes et interrogations quand à son sexe et comment se comporter vis à vis de lui-même et des autres, comme garçon, comme fille, sont assez bien narrés, comme on imagine qu’un enfant pourrait se les poser, et seront souvent des moments de tendresse et d’humour.

Léger, accessible, rafraichissant dans un monde où la fantasy se veut parfois trop sérieuse, le Royaume de Tobin est un cycle idéal pour découvrir ce style de roman. 6 volumes qui permettent de rester assez longtemps immergé dans le monde de Skala, sans pour autant nous faire perdre notre temps. J’en aurai même bien pris pour quelques volumes supplémentaires, mais l’histoire se termine là où il le faut et ne déçoit pas. Je le conseille donc grandement :)

Présentation du dos du livre

Tant qu’une reine-guerrière siègera sur le trône de Skala, le royaume connaîtra la paix et la prospérité. Ainsi le veut la prophétie. Après plusieurs siècles de matriarcat, un homme a cependant réussi à s’emparer du pouvoir, au prix du sang de toutes les futures prétendantes à la couronne. Alors toutes les calamités s’abattent sur le pays. Afin de protéger l’unique héritière encore en vie, une magicienne et une sorcière s’associent pour lancer un terrible sortilège et transformer à sa naissance la jeune enfant en mâle, tuant dans l’opération son frère jumeau. Mais l’esprit du bébé sacrifié a survécu et représente une dangereuse menace…

Volumes

2001 – Les jumeaux – 380 pages
2001 – Les années d’apprentissage – 317 pages
2003 – L’éveil du sang – 381 pages
2003 – La révélation – 414 pages
2006 – La troisième Orëska – 409 pages
2006 – La reine de l’oracle – 382 pages

 Posted by at 18 h 22 min

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>