Wildpath

 

Un excellent groupe issue de la région parisienne (cocorico !) qui compose du pur métal symphonique, dans le style musique de film (à la Dany Elfman pour les films de Burton).

Envolées orchestrales, coeurs, et riffs qui déchirent, avec une créativité débordante et des compositions extrêmement variées, leurs musiques sont planantes, envoûtantes, entraînantes et surtout vous font imaginer des scènes épiques ou fantastiques.

Ils adorent mélanger les rythmes, genres et les instruments, chaque piste est donc toujours une surprise différente de la précédente. J’ai eu le plaisir de les écouter sur scène le 1er mai 2011 et le 19 février 2012 à la scène Bastille, très entraînant et très vivant en concert.

Trois albums, Nyx Secret qui permet de découvrir le style du groupe, Non Omnis Moriar qui est un chef d’oeuvre de concept album et qui démontre l’excellence orchestrale de Wildpath, et Underneath qui mélange les inspirations et styles musicaux.

Liens
http://www.wildpath-metal.com/

Discographie

2007 : Nyx Secrets
2009 : Non Omnis Moriar
2011 : Underneath


Avis sur Underneath (maj 13/06/11)
Album plus difficile à s’approprier que le second, il me faudra de très nombreuses écoutes pour affectionner la plupart des pistes.

La première chose qui m’a choqué et qui a vraiment freiné mon entrain pour l’album c’est la qualité du mixage du CD1, très en deça des précédents. Le plus flagrant est sur la seconde piste (Unearthed) où le début est un cafouillage de sons qui s’accumulent jusqu’à donner du simple bruit dans lequel on distingue à peine les instruments les uns des autres (idem sur la fin d’Anchored). Moi qui était habitué à la pureté sonore de chaque instrument, sur ce titre, même si cela reste audible en ressort une désagréable impression de cacophonie.

Mon second point négatif, je trouve que la voix aigüe de Marjolaine ne convient plus sur plusieurs des compositions. Si autant sur Non Omnis elle complétait à merveille les instruments, là elle ne parvient jamais vraiment à s’intégrer aux mélodies, donnant même l’impression d’aller à contre-courant, gâtant la qualité des morceaux avec un vocal peu créatif et mélodique, sauf quand elle chante en grave (comme sur X, parfaite !). Je me demande si une voix d’homme, ne serait pas plus adaptée (comme celle de Crystallized), afin de laisser en avant la véritable force de Wildpath, qui est la mélodie.

D’ailleurs, comme cet album nous offre deux CD, le premier normal avec les chansons version métal, le second avec les mêmes pistes mais enregistrées de façon orchestrale (sans guitare métal) et instrumentale, les vocaux étant remplacées par violons : il est donc possible de comparer. Et pour moi il n’y a pas photo, le second est excellent et permet de profiter réellement des compositions, loin des problèmes inhérents au CD 1, on se retrouve immédiatement conquis par ces musiques toujours aussi magistrales et dignes d’épopées de cinéma.

Avec un temps d’adaptation, j’arrive maintenant à m’accaparer Underneath, parce que les compositions sont excellentes, variées, très inspirées du classique, du véritable symphonique.
J’adore Reviver, baroque et vivaldienne, Anchored, burtonienne au possible avec son piano rapide et sa guitare (ou ses violons selon le CD) grave qui irait à merveille dans Alice ou dans les Noces Funèbres, Timeworn qui emprunte à la fête foraine et au swing parisien, Buried Moon dont l’intro fait fortement penser au Tubular Bells de Mike Oldfield, Frozen qui tourne à fond dans les cancans parisiens, Crystallized qui est typique de Non Omnis Moriar avec une plus une touche western, Underneath qui un excellent instrumental dans le style Symphony X. Et la meilleure c’est X avec son mélange pop / techno, et ses reprises rythmiques (gratte ou piano selon la version).

Bref, si l’album standard (CD1) est plutôt bon, sa version orchestrale (CD2) est tout bonnement excellente, la qualité sonore étant bien meilleure, et les vocaux assurés par les violons enrichissent autrement mieux les compositions que le chant de Marjolaine. Pour faire idéal j’aurai fait un CD en version métal orchestral (les instruments du CD1 et les vocaux du CD2) et là je pense qu’on tenait un délire total ! :)

Je félicite l’idée de ce double album, car tout le monde devrait y trouver son compte, pour ma part je mélange les titres des deux CD, ayant des préférences pour certains en version métal et d’autres en version orchestrale, et comme je passe mon temps à les comparer, je finis par aimer les deux. Je commence en général les premières pistes en orchestrale (j’ai définitivement fait un blocage sur unearthead CD1), et je repasse sur le CD1 pour la fin de l’album.

Si vous aimez dès la première écoute, tant mieux, sinon composez vous même votre playlist. Après un album où toutes les musiques étaient dans le même style et avaient une continuité musicale, ici les pistes se suivent et ne se ressemblent pas, cela surprendra donc au premier abord, Wildpath s’essayant à de nouveaux genres et forçant sur les coupures de style et de rythmes. Créatif et varié, surprenant, avec toujours la patte Wildpath sur le son de la gratte, pour l’apprécier il ne faut pas essayer de le comparer à Non Omnis Moriar. C’est très différent, et c’est finalement toujours aussi agréable.

 Posted by at 14 h 23 min

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>