Choisir ses rollers

Choisir ses rollers (des rollers pour chaque usage)

Il existe des types de rollers pour chaque activité, que ce soit la rando, l’endurance, le slalom, l’acrobatique ou le street.

Quatre notions conditionnent la forme du roller en fonction de ces usages :

– Le maintien du pied,
– La rigidité de la coque (voir même l’absence de coque),
– La taille des roues et donc la taille de la platine (je n’évoque pas les 5 roues, uniquement dédiées à la vitesse),
– Et le confort.

Explications :

Plus vous aurez besoin de faire des mouvements secs, serrés, des virages, des freinages, des dérapages, plus il sera important que votre patin soit complètement solidaire avec votre pied et le maintienne jusqu’à la cheville (l’enserre jusqu’au dessus des malléoles qui sont les extrémités du péroné et du tibia). En premier lieu parce que ces gestes sont très durs pour les articulations du pied et que pour éviter les fractures il est important que le pied ne bouge pas dans la chaussure et reste dans l’alignement de la jambe. En second lieu parce que les mouvements insufflés par vos jambes vont directement à la platine sans faire bouger le pied, la réactivité est donc immédiate, vos roues sont le véritable prolongement de vos jambes.

A l’inverse, si vous voulez faire de la vitesse, du sport d’endurance, vous ne faites pas de mouvements complexes, vous allez en général en ligne droite, sur des circuits ou des longues chaussées, le maintien n’est donc plus important, c’est le confort qui prime. Un peu comme des chaussures de footing, vous avez intérêt à être bien dedans si vous voulez courir des heures, et il est important que les pieds respirent.

Nous continuons la réflexion avec la taille des roues et de la platine : plus vos roues sont petites et moins la platine est longue, l’ensemble platine-roues est plus proche de votre taille de pieds naturelle, et est plus facile à maîtriser. Imaginez faire du 40 et marcher avec du 45, vous allez très vite vous prendre les pieds l’un dans l’autre, devoir faire des mouvements plus amples et avoir l’impression de piloter un paquebot, parce qu’on ne tourne pas une longue surface aussi rapidement qu’une petite.

Les petites roues sont plus maniables, plus faciles aussi à appréhender, mais elles vont moins vite que les grandes car elles ont un effet d’inertie moindre. En effet plus les roues sont grandes, plus leur taille et leur poids génèrent une énergie cinétique, c’est à dire qu’une fois lancées elles tournent plus longtemps.

Par contre le contre coup c’est qu’elles demandent un effort cinétique plus important pour les monter en vitesse. N’oublions pas qu’à vitesse de rotation identique, des grandes roues parcourront plus de distance que des petites. Les petites cependant arriveront plus rapidement à leur vitesse de rotation maximale que les grandes : petites roues = démarrage rapide, grandes roues = plus de vitesse et moins d’effort une fois lancées.

Alors au final cela donne quoi ?

Pour le maintien du pied et la rigidité : une coque dure avec une chaussure qui enserre les malléoles : pied protégé, maintenu, solidaire des mouvements de la jambe. De plus mais c’est une évidence, la coque dure est plus résistante et encaisse mieux les chocs (cela arrive de taper, butter, râper le sol  surtout lorsqu’on fait de l’urbain et des mouvements secs).

Pour la maniabilité et la réactivité : des petites roues, et pour l’endurance et la vitesse, des grandes roues.

Diamètre et développement des roues de roller

Pour rappel, les activités en fonction de la taille des roues :

– moins de 70mn : idéal pour le street (acrobatique, sauts et rampes)
– 70 à 80mm : idéal pour le slaloom et les courtes distances
– 80 à 90mm : randonnée urbaine
– 90 à 100mn : randonnée longue distance
– +100mm : circuit de vitesse ou d’endurance

Donc si vous voulez faire de la randonnée urbaine (Paris) vous allez vous retrouver à mélanger un peu les deux besoins : rester mobile tout en pouvant parcourir sans trop forcer de bonnes distances.
Je préconise donc une coque dure (si vous voulez aussi faire un peu de technique, freinages serrés et dérapages) ou souple (si vous vous cantonnez à de la balade) avec des roues de taille moyenne : 80 ou 90mm.

N’oublions pas ensuite une donnée primordiale car vous allez être dans vos rollers pendant (je vous le souhaite) de très nombreuses heures : le confort ! Il est très important que vous vous sentiez bien dans vos baskets, et là, c’est vraiment fonction de vous et de la forme de votre pied. J’ai beau vous proposer un stéréotype, c’est quand même votre pied qui aura la décision finale.

Les coques dures sont non malléables, elles ne s’adaptent pas à votre pied, et vous risquez de vite souffrir si vous êtes compressés à l’intérieur ou si une partie du pied frotte ou est trop durement au contact de la coque (ampoule ou blessure assurées). Faites très attention à l’essai, même si le vendeur vous dit qu’elles vont s’assouplir, si déjà vous n’êtes pas bien dedans, ne rêvez pas car cela ne s’améliorera pas ! Ne prenez pas une pointure trop petite (votre pied doit être bien maintenu mais pas compressé), et si cela frotte (notamment sur les malléoles), essayez un autre modèle.

En urbain j’apprécie la coque dure car j’ai souvent besoin d’être réactif, virer, éviter, déraper, zigzaguer, mon pied est plus solidaire avec ma platine et je peux faire un peu plus facilement des mouvements techniques. Mais j’ai mis très longtemps avant de trouver un modèle qui ne me fasse pas mal aux pieds (je tourne en Twister de Rollerblade aujourd’hui).

Mais mes pieds ne seront jamais aussi à l’aise que dans un patin sans coque (juste un maintien à l’arrière du pied), c’est comme être dans des chaussures de sport. Mes pieds bougent un peu plus à l’intérieur, et j’ai intérêt à éviter les mouvements brusques et secs pour préserver mes chevilles, mais sur de la longue rando comme des voies vertes par exemple, quel régal, et le pied respire bien mieux !

Encore une notion à savoir et qui pourrait influer sur votre choix initial : s’il est plus facile de  débuter avec des roues de 80mm, en ville le 90mm encaisse bien mieux tous les chocs, les roues sont plus grandes et font donc office de meilleur amortisseur, et elles passent plus facilement dans les petits obstacles (jointures entre les pavées, fissures et trous). Plus petites sont les roues plus facilement elles se prendront dans un trou, alors que des plus grandes passeront dessus. Plus grande sont les roues et moins vous sentirez les aspérités de la route, vos patins généreront moins de vibrations et les chocs seront moins abruptes (descente de trottoir par exemple).

Et pour terminer, une dernière information qui conditionne directement la glisse de votre roller : la dureté de la gomme des roues. Les roues tendres (ou gomme molle) amortissent très bien les chocs et ont une excellente adhérence, elles tiennent mieux sur sol glissant, mais par contre s’usent très vite. Elles sont aussi moins rapides puisqu’elles ont tendance à coller au goudron (c’est une image). A l’opposé, les roues ou gommes dures ont une adhérence moindre, mais permettent d’effectuer des dérapages plus facilement, et comme elles glissent, elles s’usent moins et vont bien plus vite. La graduation de ces gommes va de 74A (tendre) à 100A (très dure). Je vous conseille pour l’urbain et la rando des gommes moyennement dures aux alentours du 85A. Moins vous les userez trop vite et n’avancerez pas, plus, vous glisserez beaucoup trop.

Attention ne vous fiez pas forcément aux équipements portés par les rollers que vous croisez dans la rue, car en fonction de leur niveau de maîtrise ils pourront se permettre quelques exubérances. Il n’est pas rare aujourd’hui de croiser en pleine ville des personnes en patin de vitesse de 110mm. Ce sont souvent des sportifs émérites et expérimentés, ne cherchez pas à faire de même avant longtemps :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit + = 14

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>